Interview Maxi-Race 2018 Team Traileman

Ce mois-ci, mon bloc note et moi sommes partis à la rencontre de Roger, notre coureur de longues distances, notre membre à l’endurance de choc que l’humilité honore.

Roger était triathlète avant de s’adonner au trail, puis à l’ultra-trail. Véritable amoureux de la nature, de la montagne, des grands espaces et du sentiment de liberté qu’ils procurent, il a couru entre autres l’UTMB, la TDS, la CCC, la Diagonale des Fous, l’ultra-trail de Verbier-St-Bernard : la X-Alpine et voilà que le Tor des Géants lui tend les bras pour le mois de septembre.

Depuis que je connais Roger, nous avons maintes fois plaisanté et comparé nos bons gros mollets de vieux suisse, mais je sais que son secret est bien loin de se situer que dans les muscles soléaires.

Roger, membre discret qui n’a pas pour habitude de se pavaner sur le devant de la scène s’est malgré tout prêté au jeu de l’interview afin de vous en dire un peu plus sur sa personne et sa belle performance à la Maxi.

– Tout d’abord, dis-nous, était-ce ta première participation à la Maxi-Race et te réinscrirais-tu ?

Oui, c’était ma première participation. Ce qui m’a motivé à m’inscrire à la Maxi-Race, c’est que bien que les hauteurs d’Annecy ne se situent pas très loin, je ne connaissais pas du tout la région.

Mais non, je ne pense pas que je la referais. Il m’est arrivé de faire deux fois une même course mais en général, je trouve qu’il y a bien assez d’endroits à découvrir et de possibilités de courses pour se lancer plusieurs fois sur un parcours qu’on connaît déjà.

– Qu’as-tu pensé de cette course ? 

Je m’étais inscrit sur la Maxi-Race avant de savoir que je serais retenu pour courir le Tor des Géants en septembre prochain. Si j’avais su, en vue de ma préparation à venir, je me serais plutôt inscrit sur l’épreuve des 117km. Mais j’ai trouvé le parcours des 85km agréable, roulant avec passablement de portions à l’abri du soleil, en forêt. Avec un peu de monde par moment c’est vrai, mais cette course est parfaite pour débuter la saison.

– As-tu eu un coup de mou sur le parcours ?

J’ai eu un moment un peu moins agréable en arrivant à Doussard, les 4km de bitume étaient un peu longs à mon goût. Mais si on parle de coup de mou, alors c’est au 55ème km au col de la Forclaz que j’ai eu une petite baisse de régime, en haut, sur le plat. Mais j’ai pris le temps, mangé un petit quelque chose et c’est parti comme c’est venu.

– As-tu rencontré des petits soucis en cours de route ? 

Non rien de particulier. C’est vrai qu’il m’est arrivé sur d’autres courses de rencontrer de réelles complications, notamment à la suite de ma participation à la Diagonale des Fous. J’ai été victime d’une conjonctivite que j’ai prise à la légère. En n’arrivant pas à la soigner, j’ai été consulter et j’en ai profité pour également signaler des maux de ventre. Un début d’appendice m’a été diagnostiqué, quelques temps après, je me faisais opérer.

– Inutile de te demander si tu as suivi une préparation particulière pour cette course étant donné qu’il s’agit d’une distance que tu maîtrises mais alors, as-tu des habitudes spécifiques en termes de nutrition ?

Non, aucune en particulier, je mange tout à fait normalement et privilégie simplement les féculents les 3 jours qui précèdent la course. Le matin même c’est pareil, je m’alimente comme un autre matin, je mange des tartines de miel. Mais pendant la course je dois avouer que j’ai un gros penchant pour le bouillon.

– 13h23’28’’ c’est une super performance, es-tu satisfait de ta course ?

Oui, effectivement je suis assez surpris et satisfait car je pensais que j’allais plutôt mettre 15 heures pour faire la boucle.

– Et maintenant, c’est quoi la suite ?

Le Tor des Géants en septembre prochain.

A côté de ça, j’avoue que le triathlon me retitille un peu parfois. J’ai quelques fabuleux souvenirs, notamment l’ironman d’Hawaï que j’ai fait deux fois. Ces moments-là ne vous quittent jamais vraiment…

– QUESTION BONUS – A la question : « Y-a-t-il une anecdote à raconter concernant la course de Roger ? ». Ce dernier a répondu que non, mais personnellement j’en vois trois !

La première est que Roger s’est lancé sur le parcours avec une paire de baskets qui avait qu’une seule et unique sortie au compteur. Exemple à ne pas suivre évidemment…

La deuxième est que Roger a cassé son bracelet de montre avant la course et est parti avec le cadran dans le fond d’une poche arrière de son sac. Je vous mets au défi de trouver un autre coureur qui se lance sur un 85km montre en poche et ne la consulte que deux fois sur le parcours…

La troisième est que Roger est non seulement un traileur incroyable mais il nous avait caché ses talents de photographe. En effet, ceux d’entre nous qui courrions la Maxi-Race avions pour mission de ramener quelques photos de notre course. Roger, lui, a pris LA photo qui remportera tous les suffrages lors de la verrée au shop de mercredi !! En effet, il nous a immortalisé ……. Le Thiou !!

Propos recueillis par

Ludivine Maurer

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close